Pisani_Eval_MacroEco_Transition_Ener_pages-to-jpg-0001.jpg

Source : France Stratégie, Note d’analyse n° 114, nov 2022

 

Transition environnementale et enjeux économiques 

 

M. Jean Pisani-Ferry, enseignant chercheur à l’IEP Paris et Mme Selma Mahfouz, Inspectrice générale des finances, ont remis à Mme la Première Ministre, un rapport sur la transition environnementale et ses impacts économiques, qui a été rendu public le 9 novembre 2022.

 

Ce rapport, tout à fait novateur, identifie trois « ressorts » de la transition environnementale.

  1. Investir (remplacer les énergies fossiles par du capital car les alternatives sont coûteuses en investissement mais permettent, à terme, une production à moindre coût). Cet arbitrage devrait induire une réduction du PIB dans un premier temps. 

  2. Réorienter les « progrès techniques vers les alternatives aux énergies fossiles et l’amélioration de l’efficacité énergétique ».    Citant Aghion, Antonin et Brunel (2020), les auteurs ajoutent « L’innovation n’est pas spontanément verte, au contraire, les entreprises qui ont produit et innové dans le polluant dans le passé préfèrent continuer d'innover dans les technologies polluantes dans le futur », essentiellement pour des raisons de profitabilité… ".                                                                                     Enfin, ils concluent que « le coût à changer de sentier sera d’autant plus élevé que le que l’économie aura continué à s’engager sur la voie de l’innovation brune ».

  3. La modération des usages et des consommations énergivores (sobriété).

Ils distinguent quatre types de sobriété.

  •  « Structurelle » qui consiste à limiter les distances parcourues en agissant sur l’organisation spatiale

  • « Dimensionnelle » qui « vise un bon dimensionnement des équipements par rapport aux usages »

  • « D’usage » qui porte sur le mode d’utilisation et la durée de vie

  • « Coopérative » qui correspond à la mutualisation des équipements.